samedi 29 juin 2013

Lancement du label «BPI France export» pour soutenir l'internationalisation des entreprises françaises


Bercy souhaite placer les entreprises françaises à armes égales avec leurs concurrentes européennes pour le financement de leurs exportations. Alors même qu'elle était bénéficiaire de 17 milliards d'euros en 2002 lorsque la gauche était au pouvoir, la balance commerciale était déficitaire de 25 milliards d'euros en 2011.

Hors énergie, la balance commerciale de la France devrait redevenir positive en 2017: un encouragement pour les 5,8 millions de personnes qui travaillent pour l’export, soit un quart de la population active française.
En ce sens, le 22 mai, le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, et la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, ont officiellement lancé le label BPI France export. Cette nouvelle offre de financement et d’accompagnement est destinée aux entreprises petites, moyennes et de taille intermédiaire (PME et ETI) afin de faciliter l’export et l’internationalisation, étapes clé de leur croissance.

Les PME et ETI représentent 57% de nos exportations et se confrontent à deux enjeux principaux : grandir à l’international, et y péreniser leur présence. Or, chaque année, 30 000 entreprises démarrent à l’export et presque autant s’arrêtent. En 2011, moins de 20% des dépôts de brevets ont été réalisés par les Petites et moyennes entreprises (PME)
C'est donc pour leur garantir les moyens d'un développement à long terme, que le gouvernement en partenariat avec la BPI France, la Coface et Ubifrance ont créé le label BPI France Export.
Ce label propose un accompagnement à l'international personnalisé et durable pour les entreprises :
  • 40 conseillers Ubifrance seront présents dans les directions régionales de la BPI d'ici la fin 2013. Sept d’entre elles disposent déjà de l'appui d'un Chargé d'Affaires International (CAI) Ubifrance.
  • Une vingtaine de développeurs Coface intégreront le réseau de la BPI, afin de distribuer les dispositifs des garanties publiques Coface (Assurance prospection, Assurance-crédit et Assurance investissement).
  • Désormais l'ensemble des prêts ou des garanties disponibles pour les PME et les ETI seront réunis dans un catalogue commun, estampillé "BPI France export"
  • Chaque Direction régionale de la BPI offrira aux entreprises, en un même lieu, un ensemble de conseils et services personnalisés.
De plus, pour améliorer la lisibilité des produits financiers pour les entreprises :
  • Les procédures de demandes de soutien des entreprises sont simplifiées : un seul prêt de développement pour l'export devrait désormais être proposé aux entreprises qui s'internationalisent, pour des montants allant jusqu'à 3 millions d'euros, en remplacement du prêt pour l'export, du contrat de développement international et du contrat de développement participatif.
  • Les doublons entre Coface et Oseo (la banque des PME) sont supprimés ainsi que les produits concurrents au sein d'un même dispositif
  • Est créé un « prêt développement export » pour financer les besoins en fonds de renouvellement
  • Les procédures de préfinancements, de caution, et de change sont améliorées.

vendredi 28 juin 2013

PEAD

Le 12 juin dernier, les socialistes ont obtenu une grande victoire dans la bataille menée en faveur des plus démunis, au niveau européen.

Le PEAD (Programme Européen d’Aide aux Démunis), aurait dû disparaitre en 2014, suite à un accord trouvé au conseil de l’Europe entre M. Sarkozy et Mme Merkel, datant de novembre 2011.

Créé en 1987 sous l’impulsion de Jacques Delors et de Coluche, il s’est, depuis, imposé comme la ressource principale des associations qui viennent en aide aux plus démunis. Celles-ci s’étaient d’autant plus légitimement inquiétées de sa disparition, que les plus modestes sont les premiers et les plus violemment touchés par la crise que nous traversons.
Les élus socialistes ont étés très sensibles à ces problématiques et se sont très fortement mobilisés. Ces associations peuvent aujourd’hui être rassurées ! Le FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus démunis) qui remplacera le PEAD sera doté d’un budget de 3,5 milliards d’euros (soit 1 milliard supplémentaire) pour les 5 prochaines année.

De plus, en vue d’élargir le nombre de bénéficiaires de ce fond, les critères d’éligibilité ont été simplifiés, ainsi que les démarches administratives permettant aux associations d’y prétendre. Enfin, le FEAD sera cofinancé à 85% par l’Union Européenne, ce qui le rend beaucoup plus simple à mettre en œuvre que le PEAD.

Il reste cependant du travail. Le FEAD doit encore être définitivement adopté par le Conseil et son budget ne peut se dissocier de celui de l’Union Européenne pour 2014-2020 encore en discussion.


Accueil


Bienvenue sur le site Parlementaire de madame Dominique CHAUVEL.

Je souhaite, avec ce site, informer les habitants de la 10ème circonscription de la Seine-Maritime de mes activités parlementaires, et permettre un lien régulier même si je considère que le lien humain doit rester le lien privilégié.

Vous trouverez ainsi au fil des pages des informations concernant mes activités à l'Assemblée Nationale, que ce soit dans l'hémicycle, ou au sein de la commission Éducation, Culture,jeunesse, Vie Associative, et jeunesse populaire..

Vous y trouverez également des informations sur mon action dans la circonscription, ainsi que des renseignements pratiques: contacts, Équipe Parlementaire, dates des permanence...
Je souhaite  que ce site Internet soit une occasion supplémentaire d'engager une nouvelle forme de dialogue et, d'avance, je vous remercie de votre confiance et de votre appui.


Dominique CHAUVEL